Acquisition de l’autonomie et du sens des responsabilités

  1. 1) Gestion de l’eau


  1. -aménagement d’hydraulique paysanne dans le lit des rivières temporaires (barrages souterrains, tranchées d’infiltration, sécurisation des puisards, ..)

  2. -bâche de reprise pour une irrigation gravitaire, de préférence la nuit ;

  3. -château d’eau avec remplissage de petits réservoirs ;

  4. -production en «zaïs» pour limiter les besoins ;

  5. -développement de cultures nécessitant peu d’eau ;

  6. -paillage pour éviter l’évaporation.

 
  1. 4)Gestion d’entreprise et microcrédit


  1. -Un suivi financier mensuel ;

  2. -Une formation sur la banque : succès dans le remboursement (épargne supérieure à celle exigée), et demande de reconduction.

Une agriculture intégrée et écologique

prise en compte de la réalité qu’est «l’eau rare» ;
cordons pierreux végétalisés ;
compostage ;
lutte contre les maladies par des produits traditionnels à base de plantes ;
choix des cultures ;
cultures associées (exemple : oignon/papaye, manioc/maïs, oignon/gombo, etc...) ;
diversification (élevage, foresterie, apiculture, maraîchage, etc...) ;
cultures en couloir associées à des arbustes fourragers.

Bâche pour une reprise en mode d’irrigation par gravité

Pompe à pédale pour monter l’eau des puisards

Motopompe

Château d’eau

Le pompage solaire :
Le principe de l’installation est de remonter l’eau du forage  (niveau statique : - 24  m) grâce à l’énergie durable qu’est le soleil ; 
Puis de la stocker dans un château (14 m3), d’où elle peut  s’écouler par gravité dans quatre bassins dans lesquelles les femmes puisent alors selon le mode traditionnel (environ 0,5 m3 par femme et par jour).

Bassin alimenté par gravité

Panneaux solaires

L’irrigation motorisée demande une abondante main d’œuvre pour maîtriser le débit en limitant les pertes

Repiquage en zaïs

Paillage des tomates

Retournement du compost selon la technique du tas

Cultures associées : gombos + choux + maïs + papayers

La culture en zaïs :
Au Burkina Faso, les agriculteurs appliquent la technique du zaï pour rendre la culture possible sur les terres durcies dans les régions semi-arides. A long terme, cette technique améliore et réhabilite les sols.
Le zaï est un trou, une fosse de plantation avec un diamètre de 20-40 cm et une profondeur de 10-20 cm - les dimensions varient selon le type de sol.
Une fois les zais creusés, la matière organique compostée est ajoutée, et, après les premières pluies, est recouverte d'une mince couche de terre. Les graines sont alors placées dans la fosse. 
Le zaï remplit des fonctions de conservation des sols et de l'eau, et de contrôle de l'érosion des sols durcis.
La technique du zaï peut augmenter la production de près de 500% si elle est correctement exécutée.

Aubergines en zaïs

L’élevage en agriculture intégrée :
animal de trait : âne et boeufs ;
reproducteurs : boeufs et bélier ;
élevage de volailles en plein air : amélioration de l’alimentation (production d’oeufs).
  1. 3)L’élevage de porcs : une source de revenus

  2. -un encadrement technique rigoureux ;

  3. -une utilisation optimale des fourrages disponibles localement ;

  4. -un mode de financement qui enrichit : le micro-crédit.

Le maraîchage :
salades ;
choux pommés ;
pépinière d’oignons ;
etc...
Fosses compostières
Stockage des pailles ;
Remplissage d’une fosse ;
- Arrosage fréquent ;
Retournement.

Bien à l’abri dans un habitat traditionnel

Soins vétérinaires

Alimentation

Arrivée de la farine pour les porcs

Abris améliorés

Evolution de l’habitat :


Abris traditionnels :

  1. -effondrement pendant la saison des pluies ;

  2. -pas de ventilation ;

  3. -problèmes d’hygiène ;

  4. -mortalité due aux scorpions et parasites.


Abris améliorés :

  1. -résistants aux pluies ;

  2. -bonne ventilation ;

  3. -facilité de nettoyage ;

  4. -hygiène améliorée : ni parasites, ni scorpions ;

  5. -cours annexes de supplémentation sélective des porcelets.

Contre l’enclos ; jeune manguier protégé

(arboriculture d’ombrage)

Formation des femmes au microcrédit

Agent d’élevage sensibilisant les femmes à l’hygiène en élevage porcin

Agent forestier sensibilisant les femmes sur l’agroforesterie

Formateur pour le maraîchage

Tenir un carnet d’élevage

Comment définir une ration alimentaire ?

La commercialisation
stockage des oignons pour une vente différée
transformation du manioc pour une valeur ajoutée
pesée du porc pour une meilleure connaissance de sa valeur
Accompagnement technique

formation à la gestion d’une banque de céréales par l’ONG Afrique Verte ;
formation pour la transformation et la commercialisation des produits (stockage, pesées, transformation, etc...) ;
formation aux techniques agro-écologiques (zaïs mécanisés, compostage méthode Rabhi, ...) ;
contrat d’accompagnement par des opérateurs privés ;
collaboration avec les services de l’Etat, et suivi de terrain.

Acquisition de l’autonomie et du sens des responsabilités

Séance de formation sur la gestion zootechnique

Creusement de la tranchée pour la haie vive

Distribution de semences

Jardin agroforesstier chez les anciens malades de la lèpre